Paris port-de-mer : le projet de l'ingénieur Bérigny

Bérigny, Plan général de la Seine depuis Paris jusqu'à la mer : Rouen-Villequier, 1825
Bérigny, Plan général de la Seine depuis Paris jusqu'à la mer : Rouen-Villequier, 1825. Archives nationales, CP/F/14/10078/1/65bis

 

Ce nivellement est une pièce extraite d'un projet de l'ingénieur Bérigny et validé par l'ingénieur en chef Becquey. En observant les courbes du nivellement, on comprend vite qu'assurer un tirant d'eau permanent jusqu'à 6 m sur un lit avec de telles variations de hauteur est une entreprise qui ne sera pas aisée à réaliser !

 

 

 

Ce projet a été conçu à la suite de la visite du roi Charles X au Canal de Saint-Martin, à l'occasion de laquelle il a émis son intention, dans la lignée des grands monarques de l'Ancien Régime, de vouloir rendre la Seine navigable. Il n'est pas le premier :  selon Bérigny, Louis XIV aurait lui même demandé à son ministre Colbert d'y réfléchir. Cette réalisation aurait contribué à faire de Paris un port de commerce international, à l'image de Londres. Ce projet, adopté par des gouvernements successifs selon des plans de Vauban, Riquet, Andréosy n'a jamais été réalisé. Transformer Paris en port maritime est en fait un rêve récurent attaché depuis toujours à l'identité de la capitale.

L'ingénieur Bérigny publie le résultat de ses observations dans Navigation maritime du Havre à Paris ou mémoire sur les moyens de faire remonter jusqu'à Paris tous les bâtiments de mer qui peuvent entrer par le port du Havre en 1826. La commission des canaux, présidé par Barnabé Brisson publie en 1828 un rapport approuvant le travail de l'ingénieur. Mais le projet de Bérigny est doté en plus d'un nouvel adversaire : les chemins de fer. L'idée d'une voie de chemin de fer entre Paris et le Havre vient de l'ingénieur Navier, qui le premier, dès 1825, souligne le gain de temps et d'argent qu'apporterait une telle entreprise. La ligne, construite sous la direction d'un ingénieur anglais, Joseph Locke, est inaugurée le 20 mars 1847.

 

Charles Bérigny, 1826

page suivante